Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
FACULTÉ DE CHIMIE
UFR 926

David Portehault laureat 2016 du Prix de la Division Chimie du Solide de la SFC

David Portehault, chercheur au LCMCP, est récompensé en Juin 2016 par la Société Chimique de France, division de Chimie de l'Etat Solide,
pour ses avancées en recherche dans le domaine de la Chimie des Matériaux.

David Portehault, 36 ans, est chargé de recherche CNRS au Laboratoire Chimie de la Matière Condensée de Paris (LCMCP).

Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Paris, agrégé de physique-chimie et docteur en physique et chimie des matériaux de l’Université Pierre et Marie Curie UPMC – Paris 6, il soutient sa thèse en 2008 sous la direction de Jean-Pierre Jolivet et de Sophie Cassaignon, avec pour sujet l’application de la chimie douce à la synthèse de nanoparticules d’oxydes de manganèse pour batteries lithium-ion. Il intègre ensuite l’Institut Max Planck pour les Colloïdes et les Interfaces à Potsdam dans le département de Markus Antonietti, grâce au Programme d’Excellence pour les Nanomatériaux conjoint entre le CNRS et la Société Max Planck. Il tire profit de cette bourse pour initier pendant deux ans des recherches sur la synthèse de nouveaux composés du bore de taille nanométrique. David Portehault est recruté par le CNRS en 2010 au sein de l’équipe Matériaux Hybrides et Nanomatériaux de Clément Sanchez (UPMC – CNRS – Collège de France).

De retour en France, il développe son activité de recherche portant sur la synthèse de nanomatériaux inorganiques et hybrides aux compositions d’une complexité inatteignable jusqu’ici. Ces matériaux, aux propriétés potentielles inédites, impliquent des composés originaux jamais obtenus à l’échelle nanométrique, mais aussi des composites aux hétérogénéités contrôlées à l’échelle nanométrique. Ainsi, cette activité se décline en 4 axes principaux : (1) les nano-alliages à base d’hétéroéléments, en particulier du bore ; (2) les réseaux covalents bore-carbone-azote-phosphore ; (3) les oxydes métalliques à valences mixtes ; (4) et de façon transverse le développement de méthodes originales de synthèse de nanomatériaux, notamment la chimie douce pour des oxydes complexes et les sels fondus inorganiques comme solvants haute température. Ces travaux, effectués dans un cadre académique mais aussi en lien avec l’industrie, ouvrent de nouvelles opportunités dans les domaines de l’énergie, de la catalyse et des technologies de l’information, grâce aux propriétés inédites et parfois inattendues de ces nouveaux nanomatériaux.

David Portehault est co-auteur de 2 chapitres d’ouvrages, 3 brevets et d’une trentaine de publications à fort impact avec plus de 800 citations.

( SFC 2016 )

 

12/12/16