Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
FACULTÉ DE CHIMIE
UFR 926

Glwadys, une chimiste de l'UPMC au Japon

Glwadys, étudiante en Master 1 à la Faculté de Chimie de l'UPMC, en stage à l'université d'Okayama

Partir faire un stage à l'étranger et avant tout un challenge, un défi lancé à soi-même. Car il ne s'agit pas seulement de découvrir le monde du travail dans ce cas, mais également de s'adapter à la culture et la façon de faire du pays d'accueil.
Ayant toujours souhaité aller au Japon, j'ai sauté sur l'occasion afin de faire mon stage de M1 dans une université japonaise, plus précisément à l'université d'Okayama dans le laboratoire du Professeur Yasushi Nishihara. Tous les membres du laboratoire ont d'ailleurs posé sur la photo illustrant ce témoignage.

Mon choix s'est porté sur ce pays avant tout pour une question d'affinité personnelle, je suis en effet très curieuse et la culture entre tradition et modernité du Japon actuel m'a toujours fascinée. Ensuite, le Japon est indéniablement un bon choix pour un stage dans le domaine des sciences, grâce aux chercheurs et professeurs renommés qui y travaillent, et aux moyens développés par les laboratoires pour permettre aux élèves de faire leurs propres recherches.
Mon stage au Nishihara Lab a duré 5 mois, partagé entre les expériences au laboratoire et la recherche au bureau. J'ai eu à faire un certain nombre de présentation orales devant mes collègues, ce qui m'a permis de travailler sur ma confiance en moi.

J'ai eu la chance de rencontrer des professeurs et des étudiants extrêmement doués qui m'ont transmit une partie de leur savoir. Je ne les en remercierais jamais assez.

Les horaires étaient assez contraignants, mais j'optimisais au mieux mon temps libre pour pouvoir découvrir mon pays d'accueil. J'ai ainsi pu profiter de mon stage pour visiter quelques villes emblématiques du Japon, apprécier la gastronomie et faire du shopping pour ramener des souvenirs en France.

En ce concerne Okayama, le train de vie japonais est bien différent du notre, complètement dépaysant. Comme nous passons énormément de temps sur notre lieu de travail, les collègues deviennent rapidement notre deuxième famille, et ce sentiment est renforcé par les nombreuses fêtes et évènement auxquels nous participons tous ensemble. Ce sentiment d'appartenance à un groupe est très valorisant et motivant pour le travail.
Bien évidemment, faire un tel voyage n'est pas simple et les problèmes sont nombreux, mais le bénéfice scientifique et humain est tel que cela vaut toutes les peines du monde.

J'encourage vivement les étudiants intéressés et ouverts d'esprit à faire un stage à l'étranger durant leur cursus, on en ressort indéniablement transformé.

 

Alain Frigara - 13/09/16